mobile icon
Toggle Nav
Close
  • Menu
  • Mon compte

Age au vêlage, un point stratégique


Une gestion optimisée de l’atelier veaux et génisses doit permettre de limiter ses coûts de production et de renouvellement. Les objectifs, propres à chaque élevage, en termes d’âge au vêlage conditionnent la gestion des croissances et de la mise à la reproduction. Alors quelle stratégie d’âge au vêlage avons-nous adopté à Bel Orient ?

Les avantages du vêlage précoce

En race spécialisée lait comme en race mixte, le vêlage précoce présente de nombreux avantages :

Avantages économiques :
Réduire les besoins alimentaires (donc les surfaces fourragères) et le coût d’alimentation des génisses
Réduire le nombre de génisses présentes, ce qui limite le temps de travail et les besoins en bâtiments
Augmenter la production laitière par jour de vie

Avantages techniques :
Génisses moins sujettes à l’engraissement excessif donc moins de problèmes au vêlage
Mamelle plus fonctionnelle
Valorisation plus rapide du progrès génétique

Dans un système d’alimentation des génisses en « ration sèche » comme à Bel Orient, chaque mois au vêlage gagné génère un gain financier global de 2400€ par an pour 45 génisses produites. Passer de conduite « vêlage à 28 mois » à un « vêlage à 22 mois » en race Holstein réduit le coût alimentaire d’élevage d’une génisse d’environ 25%. Les enjeux financiers sont donc très importants !

Des objectifs et des repères simples à des dates clés pour situer ses animaux

À Bel Orient, nous nous sommes fixés un objectif d’âge au vêlage de 22 mois en race holstein et de 21 mois en race jersiaise. Les veaux sont systématiquement pesés à la naissance donc nous en déduisons les poids à obtenir aux différents âges pour atteindre l’objectif d’âge au vêlage :

Naissance Sevrage 6 mois 15 mois Vêlage
Repère technique Pesée Poids naissance x2 30% poids adulte 60% poids adulte 90% poids adulte
Jersiaise 26 kg 52 kg 130 kg 260 kg 390 kg
Holstein 43 kg 86 kg 200 kg 400 kg 590 kg

Les génisses ne sont pas réparties par race, les holsteins et les jersiaises sont élevées ensemble après sevrage. Les lots sont composés en fonction de l’âge et du poids des génisses pour limiter la compétition à l’auge et favoriser la croissance.

Premiers résultats à Bel Orient

Premiers résultats à Bel Orient

Le graphique ci-dessous montre le résultat des pesées de génisses réalisées à Bel Orient.
De la naissance au sevrage, les veaux sont pesés chaque semaine. A partir du sevrage, chaque génisse est pesée tous les 15 jours. Cela permet d’avoir des données fiables pour suivre les croissances et atteindre les objectifs fixés.


La croissance réelle des génisses répond à nos objectifs. Des améliorations sont néanmoins possibles et nous y travaillons. Nous vous présenterons ultérieurement les essais menés sur la conduite des génisses et leur impact sur les croissances.

Conclusion : Comment améliorer l’âge au vêlage ?

D’après notre expérience, voici les mesures mises en place pour améliorer l’âge au vêlage :

Faire un suivi régulier du poids des animaux (bascule ou ruban barymétrique). Le jugement à l’œil est peu pertinent, il faut des chiffres précis pour évaluer la situation et mesurer les progrès.

Peser les quantités de lait et d’aliments distribués pour appliquer rigoureusement le programme alimentaire souhaité

Assurer un bon démarrage des veaux par la prise de colostrum en quantité et en qualité : cela booste la croissance et évite les problèmes de santé ultérieurs. La croissance durant la phase 0-6 mois est primordiale pour assurer le développement de la génisse.

Surveiller très attentivement et noter la date de la première chaleur des génisses. Cela permet de repérer très tôt les animaux pubères et de mieux suivre les retours en chaleurs. Si besoin, s’équiper d’un détecteur de chaleurs pour les génisses.

Identifier le plus tôt possible les génisses en retard de croissance ou en retard de mise à la reproduction… et AGIR ! Changement de lots, augmentation des quantités d’aliment, traitement sanitaire, synchronisation hormonale, … plusieurs actions sont possibles pour remettre dans le bon rythme les animaux qui « décrochent » et qui pénalisent les résultats globaux de l’élevage.